La réforme minière et foncière

chacun aura vraiment sa part.

Nous avons été outrés par les destructions de logements de fortune des congolais par le ministre du foncier. Le droit dans l'action du ministre brisait la justice sociale et mettait dans une détresse immense des citoyens. Au Congo, l'état a hérité des prérogatives des concessions coloniales et possède un patrimoine foncier immense qu'il est incapable de mettre en valeur et d'administrer.
Quand le ministre du Foncier fait des expulsions zélées de nationaux sous la pression de consortiums étrangers sans proposition de relogement, nous estimons qu'il y a haute trahison.
Quand le ministre du foncier lance des bulldozers sur des bicoques pour chasser ses concitoyens encouragé par des chinois, nous estimons qu'il est un agent de l'étranger et du désorde. Concernant les mines et les hydrocarbures, la malgestion et la gabégie ne sont plus à démontrer. Il est de notoriété publique que la part de l'Etat dans le pétrole est dilapidée et détournée vers des comptes offshores au détriment des populations et des caisses du trésor.
Enfin, nous dénonçons les concessions abusives de terres agricoles à des consortiums étrangers au détriment des paysans congolais et de la souveraineté nationale.
C'est pourquoi nous prônons des réformes radicales comme l'actionnariat populaire et la redistribution foncière pour retirer à tous les dirigeants futurs d'hypothéquer par leur décision les richesses nationales.

Nos propositions

- Est redistribuée sur le domaine de l’Etat une parcelle à bâtir de 1 hectare par Foyer (Père, Mère, Enfant) et 0,5 hectare par foyer (Mère seul ou père seul). La jouissance du sol et du sous-sol est garantie.
- L’annulation des contrats abusifs de vente/location des terres signés par la précédente administration.

- Est créée une banque agricole pour le financement et l’équipement de l’agriculture et de l’industrie agro-alimentaire locales.
- Est privatisée sous la forme d’une distribution de 100 actions de la Société nationale des Pétroles du Congo par congolais avec impossibilité de cession/vente à un non résident. Ce modèle de distribution des actions sera suivi pour l’ensemble des compagnies et domaines nationaux (forêt, parc nationaux et réserves).

Cette réforme ambitieuse vise à « dé-étatiser » les biens publics et de créer immédiatement une classe de propriétaires-actionnaires congolais.
La privatisation par distribution des actions de la SNPC assure des dividendes à chaque congolais et un contrôle «citoyen » et direct des revenus du pétrole et des mines.